Indicateurs du lycée

folderLes deux indicateurs de résultats des lycées proposent d’apprécier le parcours scolaire des élèves depuis leur entrée au lycée jusqu’au baccalauréat et le caractère plus ou moins sélectif des établissements. Ils ne constituent pas un palmarès des établissements.

Généralités sur les indicateurs

Indicateurs de résultats des lycéesIl ne s’agit pas de réaliser un classement des lycées, mais de proposer une image de la réalité complexe et relative que constituent les résultats d’un établissement. L’objectif des indicateurs de résultats des lycées est double :

  • rendre compte des résultats du service public national d’éducation en diffusant au grand public des éléments d’appréciation de l’action propre de chaque lycée ;
  • fournir aux responsables et aux enseignants des lycées des éléments de réflexion pour les aider à améliorer l’efficacité de leurs actions.

Deux indicateurs sont publiés pour juger des résultats d’un lycée. Ils sont établis à partir des résultats des élèves à la dernière session du baccalauréat et des données liées au déroulement de leur scolarité :

  • le taux de réussite au baccalauréat, c’est-à-dire la part de bacheliers parmi les élèves ayant passé l’examen ;
  • le taux d’accès de seconde, de première et de terminale au baccalauréat, c’est-à-dire la probabilité qu’un élève obtienne le baccalauréat à l’issue d’une scolarité entière dans l’établissement, y compris en redoublant.

Ces indicateurs donnent des points de vue complémentaires sur les résultats des lycées. Ils proposent une appréciation relative de la valeur ajoutée de ces établissements, en tenant compte de leur offre de formation et des caractéristiques de leurs élèves en termes d’âge, d’origine sociale et de sexe. La combinaison de ces indicateurs offre une analyse plus fine que celle du seul taux de réussite au baccalauréat des élèves de terminale : elle évalue la capacité de l’établissement à accompagner les élèves depuis la classe de seconde jusqu’à l’obtention du diplôme.

Il faut s’efforcer d’éliminer l’incidence des facteurs de réussite scolaire extérieurs au lycée pour essayer de conserver ce qui est dû à son action propre. La question est de savoir ce qu’un lycée a « ajouté » au niveau initial de ses élèves. Si un lycée présente une valeur élevée pour un indicateur, ce peut être dû au fait :

  • qu’il a reçu de bons élèves, dotés de bonnes méthodes de travail, qui ont pu obtenir le baccalauréat sans effort particulier de sa part ;
  • ou qu’il a su développer chez des élèves, peut-être moins bien dotés au départ, les connaissances et les capacités qui ont permis leur succès.

L’âge et l’origine sociale des élèves ont été retenus car leur croisement donne une bonne approximation des chances d’accès et de réussite au baccalauréat. Plus un élève est jeune et favorisé de par son origine sociale, plus ses chances sont grandes, au sens statistique, de réussir au baccalauréat. Le taux de succès d’un lycée dépend fortement des caractéristiques de ses élèves, indépendamment de la qualité de l’enseignement qui y est dispensé.

Les résultats d’un établissement sont une réalité complexe. Seule l’analyse combinée de l’ensemble de ces indicateurs peut en donner une image. Il serait dangereux de n’utiliser qu’une partie de ces indicateurs sans en fournir les termes pour établir des palmarès ou faire des comparaisons.  

 

Les indicateurs de résultats des lycées
Point presse de Catherine Moisan, directrice de l’évaluation, de la prospective et de la performance, le 10 mars 2016

Taux de réussite au baccalauréat par série

Taux de réussite au baccalauréatC’est l’indicateur le plus traditionnel, le plus connu et le plus facile à établir. Il rapporte le nombre d’élèves du lycée reçus au baccalauréat au nombre d’élèves qui se sont présentés.

Bien que cet indicateur soit insuffisant pour rendre compte de l’efficacité d’ensemble d’un lycée, il ne saurait être négligé et a l’avantage de pouvoir être établi aisément, pour le public comme le privé, pour chaque série du baccalauréat.

 

 

Indicateur 2016
Nombre d'élèves présents
Taux constaté (1)
Taux attendu (2)
Valeur ajoutée (3)
Série L
99
89 %
93 %
- 4
Série ES
134
86 %
91 %
- 5
Série S
140
89 %
91 %
- 2
Toutes séries
373
88 %
92 %
- 4

(1) Les taux constatés révèlent la valeur observée d’un indicateur sur une population donnée (établissement, académie, France entière).
(2) Les taux attendus estiment la valeur qu’un indicateur prendrait si, en moyenne, les élèves du lycée réussissaient au baccalauréat ou y accédaient comme tous les élèves de mêmes âge et origine sociale, sexe et niveau scolaire (ce dernier paramètre n’est pas retenu pour les lycées professionnels) et scolarisés dans des établissements comparables en terme de population accueillie (âge, sexe, origine sociale). Le taux d’accès attendu base France tient compte, en outre, de la structure pédagogique du lycée.
(3) Elle est mesurée en comparant des taux constatés à des taux attendus. Si, pour un indicateur, l’écart entre taux constaté et taux attendu est positif (taux constaté supérieur au taux attendu), on peut penser que, du point de vue apprécié par cet indicateur, le lycée apporte plus à ses élèves que l’établissement moyen.

 

Conclusion

  • Au lycée Montesquieu, 88 % des 373 élèves présents au baccalauréat ont obtenu leur diplôme. Le taux de réussite attendu était de 92 % par rapport aux établissements comparables au plan national.
  • Le taux de réussite du lycée Montesquieu est inférieur de 8 points au taux attendu en référence académique et inférieur de 4 points au taux attendu en référence nationale (valeur ajoutée).

Taux d’accès de la seconde, de la première et de la terminale au baccalauréat

Taux d'accès au baccalauréatCet indicateur évalue, pour un élève de première année de baccalauréat professionnel ou de seconde, la probabilité qu’il obtienne le baccalauréat à l’issue d’une scolarité entièrement effectuée dans le lycée, quel que soit le nombre d’années nécessaire. Cet indicateur prend en compte l’ensemble de la scolarité dans le lycée et compte au crédit de celui-ci les élèves qui sont susceptibles d’y effectuer une scolarité complète couronnée de succès, même si cette scolarité comprend un ou plusieurs redoublements. En revanche, les élèves qui ont dû quitter le lycée, soit parce que celui-ci n’offre pas la section qu’ils souhaitent préparer, soit parce qu’ils ont été orientés par l’établissement vers une section d’un autre lycée, ou, simplement, parce qu’ils ont déménagé, sont considérés, du point de vue de l’indicateur, comme des élèves que le lycée n’a pas su, ou n’a pas voulu, ou n’a pas pu conduire au baccalauréat.

Le taux d’accès apparaît donc beaucoup plus pertinent que le taux de réussite au baccalauréat pour apprécier l’efficacité globale d’un lycée. Cependant, ce taux peut évoluer en fonction de facteurs pour lesquels le lycée n’a que peu ou pas de prise et qui ne relèvent donc pas, à proprement parler, de son efficacité. Ainsi, un lycée qui propose toutes les sections du baccalauréat et qui est relativement isolé, a, toutes choses égales par ailleurs, plus d’atouts pour garder ses élèves jusqu’en terminale (et jusqu’à l’obtention d’un baccalauréat) qu’un lycée que de nombreux élèves quittent en cours de cycle parce qu’ils n’y trouvent pas la section souhaitée ou parce qu’il est implanté dans une zone où la concurrence d’autres établissements est très forte. Ces éléments ont conduit le ministère à fournir le taux d’accès de la première au baccalauréat, qui permet de nuancer l’appréciation relative portée sur un lycée qui prépare à un éventail restreint de séries du baccalauréat à l’issue de la classe de seconde.

La prise en compte de la structure pédagogique du lycée permet d’atténuer les questions d’interprétation liées aux différences d’offres de formation entre lycées.

Indicateur 2016
Effectifs à la rentrée 2016
Taux constaté (1)
Taux attendu (2)
Valeur ajoutée (3)
Seconde
419
70 %
67 %
+ 3
Première
347
87 %
90 %
- 3
Terminale
391
93 %
96 %
- 3

(1) Les taux constatés révèlent la valeur observée d’un indicateur sur une population donnée (établissement, académie, France entière).
(2) Les taux attendus estiment la valeur qu’un indicateur prendrait si, en moyenne, les élèves du lycée réussissaient au baccalauréat ou y accédaient comme tous les élèves de mêmes âge et origine sociale, sexe et niveau scolaire (ce dernier paramètre n’est pas retenu pour les lycées professionnels) et scolarisés dans des établissements comparables en terme de population accueillie (âge, sexe, origine sociale). Le taux d’accès attendu base France tient compte, en outre, de la structure pédagogique du lycée.
(3) Elle est mesurée en comparant des taux constatés à des taux attendus. Si, pour un indicateur, l’écart entre taux constaté et taux attendu est positif (taux constaté supérieur au taux attendu), on peut penser que, du point de vue apprécié par cet indicateur, le lycée apporte plus à ses élèves que l’établissement moyen.

 

Conclusion

  • Un élève qui est entré en seconde au lycée Montesquieu a eu 70 % de chances d’obtenir le baccalauréat dans l’établissement. Le taux d’accès attendu est de 67 % par rapport aux établissements comparables au plan national.
  • Le taux d’accès de la seconde au baccalauréat du lycée Montesquieu est supérieur de 3 points au taux attendu en référence nationale (valeur ajoutée).
Scroll to top