Option Italien

folderL’italien, l’une des quatre langues officielles du Parlement européen, est une langue de culture, de commerce, d’échanges et de sciences. Enseignée au lycée Montesquieu depuis de nombreuses années, la langue italienne ouvre aux jeunes français des perspectives professionnelles importantes.

Présentation de l’option Italien

Option Italien du lycée Montesquieu - BordeauxLa possibilité de poursuivre l’enseignement de l’Italien en LV2 ou de débuter cette langue en LV3 est offerte au Lycée Montesquieu depuis plus de 25 ans. Le choix de l’Italien, langue sœur du Français, s’intègre parfaitement dans un lycée où les enseignements humanistes et artistiques sont la clé de voûte de cet établissement. L’Italien est une langue de culture, de commerce, d’échanges et de sciences. En effet, sans que l’on s’en rende compte, des mots italiens ou des inventions italiennes font partie de notre quotidien. Sans oublier, bien entendu, la cuisine italienne qui est l’un des fleurons de la gastronomie mondiale.

L’Italien est aujourd’hui une des quatre langues officielles du Parlement Européen. Sa connaissance est souvent un critère de sélection professionnelle et un atout qui permet de faire la différence. Elle permet d’enrichir sa culture générale.

Enfin, l’apprentissage de l’Italien permet une redécouverte de l’Histoire, car l’Italie a offert au cours des âges des personnalités qui ont contribué au dynamisme de l’Europe et de la France dont certains issus d’une immigration plus ou moins récente : Coluche (Colucci), Belmondo, Platini ou encore Mazarin (Mazzarini) et Leonard De Vinci qui séjourna durant les dernières années de sa vie en France. Selon l’UNESCO, l’Italie possède 60 % du patrimoine culturel de l’Europe et représente 40 % du patrimoine culture mondial. C’est aussi découvrir d’autres grands noms d’hier et d’aujourd’hui (Marco Polo, Michelangelo, Dante, Rossellini, Pasolini, Sofia Loren, Mastroianni, Ferrari, Armani, Dolce&Gabbana, Barilla, Ferrero, Erri de Luca, Emanuele Crialese, Nanni Moretti, Monica Bellucci…).

Contenu des enseignements

fleche3Langue vivante 2

L’objectif est de parler davantage et mieux pour échanger et s’exprimer en continu. Des supports pédagogiques variés et authentiques (textes, documents sonores ou visuels, livres, films) favorisent la découverte de multiples aspects de la réalité italienne.

Depuis 2011, l’établissement est équipé d’une salle média-langues permettant aux élèves de travailler en autonomie en mobilisant leurs compétences selon la tâche donnée par l’enseignant. Grâce à un équipement numérique spécifique, les activités langagières sont diversifiées et apportent à chaque élève une aide spécifique et adaptée en respectant son propre rythme de travail.

En accord avec les nouvelles épreuves du baccalauréat, cette opportunité s’offre aux élèves de LV2 et LV3. Les élèves sont amenés à se confronter à une culture différente, à exprimer leurs opinions. Le travail sur une langue poursuit et enrichit les bases du collège ; les élèves sont invités à raisonner sur la proximité et la diversité de ces deux langues que sont le français et l’italien.

La rigueur lexicale et grammaticale nécessaire à l’apprentissage, ainsi que les méthodes de commentaire de documents littéraires, statistiques ou journalistiques, contribuent à la formation générale.

fleche3Langue vivante 3

Option Italien du lycée Montesquieu - BordeauxL’option Italien existe dans le deuxième choix d’enseignement d’exploration ou en option facultative.

Contrairement à la majorité des enseignements d’exploration, la LV3 est un enseignement de 3 heures hebdomadaires, ce qui garantit l’acquisition de connaissances solides et utiles offrant la possibilité d’être poursuivie en première comme en terminale.

Une LV3 s’acquiert avec beaucoup plus de rapidité et de facilité car l’élève a déjà débuté deux autres langues au collège. Une langue qui est débutée en seconde revêt l’aspect de la nouveauté, ce qui la rend plus attractive et agréable.

La LV3 peut être choisie en enseignement de spécialité et présentée à l’oral au baccalauréat (coefficient 4) sur la base d’un dossier préparé durant l’année ou en option facultative en séries ES et S.

Actions culturelles

Pour l’ensemble des élèves, des projets culturels sont prévus tous les ans : sorties au théâtre, séjours linguistiques en Italie (Toscane, Venise, Rome, etc.).

Ces actions participent à l’intérêt et à la motivation des élèves en les mettant en contact avec la langue et la culture italienne. De nombreuses activités langagières s’appuient sur ces projets.

En 2011, une vingtaine d’élèves italianisants de série S a pu participer à un projet Comenius à l’initiative de M. Blin, professeur de SVT, dont le thème principal est « l’Aquitaine et la Sicile ». Les participants ont accueilli leurs homologues siciliens pendant 10 jours et sont partis, à leur tour, 10 jours en Sicile.

Épreuves du baccalauréat

Épreuve obligatoire d’italien LV2, séries générales et technologiques

À partir de la session 2013 des baccalauréats général et technologique, les modalités des épreuves d’Italien évoluent sensiblement avec notamment une évaluation écrite et orale (comptant chacune pour moitié de la note globale) pour toutes les séries.

Pour les séries ES et S les épreuves d’italien obligatoires sont notées sur 20 et affectées d’un coefficient 2. Elles se composent d’une partie écrite et d’une partie orale respectivement notées sur 20 points. La note globale de l’épreuve est obtenue en faisant la moyenne de ces deux notes.

Pour la série L, les épreuves obligatoires d’italien sont notées sur 20 et affectées d’un coefficient 4.

fleche3Partie écrite de l’épreuve obligatoire d’italien dans les séries ES, L, S et technologiques

• En séries ES et S, la durée de l’épreuve écrite est de 2 heures.
• En série L, la durée de l’épreuve écrite est de 3 heures.
• En séries technologiques, la durée de l’épreuve écrite est de 2 heures.

Cette partie de l’épreuve a pour objectif l’évaluation de l’aptitude à la compréhension de la langue écrite et à l’expression écrite. La partie écrite de l’épreuve comprend deux sous-parties : la première sous-partie porte sur la compréhension de l’écrit et la seconde sur l’expression écrite.

Première sous-partie : compréhension de l’écrit, notée sur 10 points, au demi-point près

Cette sous-partie prend appui sur un, deux ou trois documents en langue étrangère. Ces documents peuvent relever de différents genres (extraits d’œuvres littéraires ou d’articles de presse notamment) ; ils peuvent être informatifs, descriptifs, narratifs ou argumentatifs. Ils renvoient à des notions du programme sans exiger des connaissances trop spécifiques. Certains documents peuvent comporter des éléments iconographiques.

La longueur cumulée des textes ne pourra pas être inférieure à 2 100 signes en LV2. Elle n’excédera pas 4 200 signes en LV2, blancs et espaces compris.

Le protocole d’évaluation, diversifié et gradué, vise à vérifier l’aptitude du candidat à :

  • identifier le sujet ou la thématique générale des différents documents ;
  • repérer dans un ou plusieurs documents des informations importantes relatives à un thème ou une problématique donnés ;
  • comprendre les événements ou informations essentiels présents dans les documents ;
  • comprendre les liens logiques, chronologiques, thématiques entre les informations ou événements relatés ou évoqués dans les documents ;
  • comprendre les motivations et réactions des personnages, du narrateur ou de l’auteur quand elles sont clairement exprimées ;
  • comprendre les conclusions d’une argumentation.

Seconde sous-partie : expression écrite, notée sur 10 points, au demi-point près

Elle est évaluée à l’aide d’une ou plusieurs tâches correspondant aux niveaux de compétence suivants et prend la durée de l’épreuve :

À partir des indications données, le candidat rédige un ou plusieurs textes construits, prenant appui sur des événements, des faits ou des prises de position qu’il aura identifiés dans les documents servant de support à l’épreuve de la compréhension. Est évaluée essentiellement l’aptitude du candidat à rédiger, dans une langue correcte et directement compréhensible, un ou des textes cohérents et clairement articulés (niveau B1 du icon-external-ink CECRL).

Une grille de référence pour l’évaluation de l’expression écrite, adaptée au niveau d’exigence de chaque langue, est fournie aux correcteurs.

fleche3Partie orale de l’épreuve obligatoire d’italien pour les séries ES, S et technologiques

Pour l’Italien LV2, l’évaluation de l’oral représente la moitié de la note totale du candidat.

Cette évaluation se déroule pendant le temps scolaire. Deux situations d’évaluation sont organisées pour chacune des deux langues. Le niveau attendu en référence à l’échelle de niveaux du icon-external-ink CECRL est B1 « niveau seuil ».

Premier temps d’évaluation : la compréhension de l’oral

Durée : 10 minutes (le temps d’écoute n’est pas inclus dans cette durée)

Cette évaluation a lieu dans le cadre habituel de formation de l’élève. Elle est annoncée aux élèves. Les enseignants l’organisent au cours du deuxième trimestre de l’année de terminale sur des supports, audio ou vidéo, qu’ils sélectionnent en fonction des équipements disponibles dans les lycées et des apprentissages effectués par les élèves. Elle s’appuie sur des documents enregistrés liés aux notions du programme mais non étudiés précédemment en classe.

Il pourra s’agir de monologues, de dialogues, de discours, de discussions. Il pourra s’agir d’extraits d’émissions de radio, de documentaires, de films, de journaux télévisés. Il ne s’agira en aucune façon d’enregistrements issus de manuels ou de documents conçus pour être lus. La durée de l’enregistrement n’excédera pas une minute trente. Le professeur peut également choisir d’évaluer les candidats à partir de deux documents. Dans ce cas, la longueur n’excédera pas une minute trente pour l’ensemble des documents et on veillera à ce qu’ils soient de nature différente : dialogue et monologue.

Le titre donné à l’enregistrement est communiqué aux candidats. Les candidats ont trois écoutes de l’enregistrement, séparées chacune d’une minute. Ils peuvent prendre des notes pendant chaque écoute. Ils disposent ensuite de dix minutes pour rendre compte par écrit en français de ce qu’ils ont compris, sans exigence d’exhaustivité.

Pour chaque candidat, le professeur établit son évaluation à partir de la icon-download-link fiche d’évaluation et de notation (Bulletin Officiel n°4 du 23 janvier 2014). Cette fiche a le même statut qu’une copie d’examen. À l’issue de cette évaluation, le professeur formule une proposition de note et une appréciation. Cette proposition de note ainsi que l’appréciation ne sont pas communiquées au candidat.

Deuxième temps de l’évaluation : l’expression orale

Durée : 10 minutes
Temps de préparation : 10 minutes

Les enseignants organisent cette évaluation au dernier trimestre de l’année de terminale. Elle est annoncée aux candidats. Le candidat tire au sort une des notions du programme étudiées dans l’année. Après 10 minutes de préparation, il dispose d’abord de 5 minutes pour présenter cette notion.

Cette prise de parole en continu sert d’amorce à une conversation conduite par le professeur, qui prend appui sur l’exposé du candidat. Cette phase d’interaction n’excède pas 5 minutes.

Pour chaque candidat, le professeur conduit son évaluation à partir de la icon-download-link fiche d’évaluation et de notation (Bulletin Officiel n°4 du 23 janvier 2014). Cette fiche a le même statut qu’une copie d’examen. À l’issue de cette évaluation, le professeur formule une proposition de note et une appréciation. Cette proposition de note ainsi que l’appréciation ne sont pas communiquées au candidat.

fleche3Partie orale de l’épreuve obligatoire d’italien pour la série L

Durée de l’épreuve : 20 minutes
Temps de préparation : 10 minutes

Le niveau attendu en référence à l’échelle de niveaux du icon-external-ink CECRL est B1 « niveau seuil ».

Le candidat présente à l’examinateur la liste des notions du programme qu’il a étudiées dans l’année et les documents qui les ont illustrées. L’examinateur choisit l’une de ces notions. Après 10 minutes de préparation, le candidat dispose d’abord de 10 minutes maximum pour présenter cette notion. Cette prise de parole en continu sert d’amorce à une conversation conduite par l’examinateur, qui prend appui sur l’exposé du candidat. Cette phase d’interaction n’excède pas 10 minutes.

Épreuve orale d’italien LV3
(spécialité en série L ou facultative en séries L, ES, S et STG)

Temps de préparation : 10 minutes
Durée : 20 minutes

Niveau attendu en référence à l’échelle de niveaux du icon-external-ink CECRL (Cadre européen commun de référence pour les langues) : A2 « niveau intermédiaire ou usuel ».

L’examinateur établit son évaluation à partir de la icon-download-link fiche d’évaluation de cette épreuve (Bulletin Officiel n°4 du 23 janvier 2014).

Le candidat présente à l’examinateur la liste des notions du programme qu’il a étudiées dans l’année et les documents qui les ont illustrées. Les textes de cette liste représenteront un volume global d’une quinzaine de pages. À ces textes peuvent être ajoutés des documents iconographiques. L’examinateur choisit l’une de ces notions. Après 10 minutes de préparation, le candidat dispose d’abord de 10 minutes pour présenter cette notion.

Cette prise de parole en continu sert d’amorce à une conversation conduite par l’examinateur, qui prend appui sur l’exposé du candidat. Cette phase d’interaction n’excède pas 10 minutes.

Dispositions communes aux épreuves de langues

Toutes les épreuves doivent être conduites dans un esprit positif, en mettant le candidat en situation de confiance et en évitant de le déstabiliser.

Pour chaque épreuve, l’examinateur établit son évaluation à partir de celle des fiches d’évaluation qui correspond à la langue (LV1, LV2, LV3), à la nature et au statut de l’épreuve (épreuve orale obligatoire, enseignement de spécialité, enseignement obligatoire de littérature étrangère en langue étrangère, enseignement facultatif).

Dans tous les moments d’expression orale en langue étrangère, il est attendu du candidat qu’il s’exprime clairement dans une gamme de langue suffisamment étendue pour pouvoir décrire, donner brièvement des justifications ou des explications et développer une argumentation. On valorisera la capacité à varier la formulation. Le candidat devra pouvoir communiquer avec une aisance raisonnable dans une langue simple. Il devra s’exprimer dans une langue grammaticalement acceptable en fonction du niveau d’exigence de l’épreuve et avoir acquis une prononciation claire et une intonation pertinente. Pendant la phase de prise de parole en continu, l’examinateur doit laisser le candidat aller au bout de ce qu’il souhaite dire, même si sa présentation comporte quelques hésitations, voire de brefs silences.

Dans les épreuves où les candidats apportent des documents, ils fournissent deux exemplaires des documents qui ne sont pas pris dans un manuel scolaire. Si les candidats ne présentent aucun document, l’examinateur le mentionne au procès-verbal et propose aux candidats plusieurs documents entre lesquels il leur demande de choisir.

Poursuite d’études

Option Italien du lycée Montesquieu - BordeauxUn passeport pour le futur...

La langue italienne ouvre aux jeunes français des perspectives professionnelles importantes. En effet, ils ont la possibilité de poursuivre leurs études à l’université de langue et civilisation italienne de Bordeaux III débouchant dans l’enseignement de la langue ou encore dans la traduction et dans le tourisme.

Très attractive pour grand nombre d’élèves est la formation que l’université de Sciences Politiques de Bordeaux propose à ses étudiants. Il s’agit d’une formation intégrée Bordeaux-Turin en cinq ans débouchant sur la délivrance du Diplôme de Sciences Po Bordeaux et du Diplôme de la Faculté de Sciences Politiques de l’université de Turin.

New Folder Simple Consultez la icon-external-ink Fiche d’information de la filière franco-italienne de Sciences Po Bordeaux.

N’oublions pas également que l’Italie, étant le deuxième partenaire économique de la France, de nombreux groupes industriels collaborent, fusionnent et créent des filiales où la connaissance de l’italien constitue un atout sérieux pour la recherche d’un emploi qualifié.

D’anciens élèves du Lycée Montesquieu travaillent aujourd’hui avec des entreprises italiennes. Quelques exemples : Italia Design by Piero Massaro où des élèves s’occupent de traduction commerciale ; service culturel de la Mairie de Gênes ; etc.

Il s’agit pour certains de renouer des liens importants avec leurs origines et avec l’histoire de leur famille.

Scroll to top