Il ne s'agit pas de réaliser un classement des lycées, mais de proposer une image de la réalité complexe et relative que constituent les résultats d'un établissement. L'objectif des indicateurs de résultats des lycées est double :

  • rendre compte des résultats du service public national d'éducation en diffusant au grand public des éléments d'appréciation de l'action propre de chaque lycée ;
  • fournir aux responsables et aux enseignants des lycées des éléments de réflexion pour les aider à améliorer l'efficacité de leurs actions.

Deux indicateurs sont publiés pour juger des résultats d'un lycée. Ils sont établis à partir des résultats des élèves à la dernière session du baccalauréat et des données liées au déroulement de leur scolarité :

  • le taux de réussite au baccalauréat, c'est-à-dire la part de bacheliers parmi les élèves ayant passé l'examen ;
  • le taux d'accès de seconde, de première et de terminale au baccalauréat, c'est-à-dire la probabilité qu'un élève obtienne le baccalauréat à l’issue d'une scolarité entière dans l'établissement, y compris en redoublant.

Ces indicateurs donnent des points de vue complémentaires sur les résultats des lycées. Ils proposent une appréciation relative de la valeur ajoutée de ces établissements, en tenant compte de leur offre de formation et des caractéristiques de leurs élèves en termes d'âge, d'origine sociale et de sexe. La combinaison de ces indicateurs offre une analyse plus fine que celle du seul taux de réussite au baccalauréat des élèves de terminale : elle évalue la capacité de l'établissement à accompagner les élèves depuis la classe de seconde jusqu'à l'obtention du diplôme.

Il faut s'efforcer d'éliminer l'incidence des facteurs de réussite scolaire extérieurs au lycée pour essayer de conserver ce qui est dû à son action propre. La question est de savoir ce qu'un lycée a « ajouté » au niveau initial de ses élèves. Si un lycée présente une valeur élevée pour un indicateur, ce peut être dû au fait :

  • qu'il a reçu de bons élèves, dotés de bonnes méthodes de travail, qui ont pu obtenir le baccalauréat sans effort particulier de sa part ;
  • ou qu'il a su développer chez des élèves, peut-être moins bien dotés au départ, les connaissances et les capacités qui ont permis leur succès.

L'âge et l'origine sociale des élèves ont été retenus car leur croisement donne une bonne approximation des chances d'accès et de réussite au baccalauréat. Plus un élève est jeune et favorisé de par son origine sociale, plus ses chances sont grandes, au sens statistique, de réussir au baccalauréat. Le taux de succès d'un lycée dépend fortement des caractéristiques de ses élèves, indépendamment de la qualité de l'enseignement qui y est dispensé.

Les résultats d'un établissement sont une réalité complexe. Seule l'analyse combinée de l'ensemble de ces indicateurs peut en donner une image. Il serait dangereux de n'utiliser qu'une partie de ces indicateurs sans en fournir les termes pour établir des palmarès ou faire des comparaisons.